#review Dernière lectures

Je sais, je sais, vous avez du être surpris en voyant une nouvelle nouvelle notification « Reading Time with Kramik vient de poster un nouvel article ». Je vous vois renverser votre tasse de thé et vous exclamer : Quoi, elle existe toujours, celle-là ?

Je l’avoue, et je m’en excuse, les dernières semaines ont été chargées et je n’ai pas eu l’occasion de mettre beaucoup le blog à jour. Pour tout vous dire, j’ai beaucoup moins de temps pour lire dernièrement et j’ai l’impression d’avancer très très très lentement dans mes lectures ! De plus, j’ai eu beaucoup de livres qui m’ont laissé un sentiment mitigé.

Pour me pardonner de ce long silence, je vous ai préparé un petit statut sur 4 de mes dernières lectures qui valent le détour :

* Notting Hill… with love actually * de Ali McNamara

C’est LA lecture feel good dont j’avais besoin, une lecture 100% féminine ! 

Scarlett est une jeune femme complètement fan des comédies romantiques. Elle rêve d’avoir une vie de rêves, identique à celle de ses héroïnes préférées, mais elle a en réalité une vie plutôt monotone… Alors, quand l’occasion se présente de faire un break dans le quartier d’un de ses films favoris, elle n’hésite pas une minute et c’est le début d’une aventure unique !

Si vous aussi… vous avez vu mille fois Love Actually – en repassant au moins 10 fois la scène où Hugh Grant danse – ; vous êtes plutôt #TeamMarkDarcy ; vous rêvez de trouver l’amour en haut de l’Empire State Building ; vous êtes passée voir la librairie de voyages de William à Notting Hill et que vous rêvez d’avoir le « Shop Around The Corner » au coin de votre rue… FONCEZ ! Je vous le promets, vous ne serez pas déçue, sauf peut-être en tournant la dernière page. 

Note : ♥♥♥♥♥


* La couleur pourpre * de Alice Walker

Grand plongeon dans l’Amérique des années 1900 avec cet échange de lettres entre deux sœurs noires qui s’aiment plus que tout au monde : Celie, battue pour sa mari, qui retrouve l’amour dans les bras d’une ses amies et Nettie, qui a fui sa famille et est devenue missionnaire en Afrique.

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre, notamment via le club de lecture d’Emma Watson. Et j’ai tout de suite accroché. Je me suis tout de suite attachée à ces deux sœurs qui sont des femmes fortes en quête de liberté. J’ai particulièrement appréciée le format épistolaire du livre qui permet une lecture fluide. Ce livre m’a beaucoup rappelé * Les Suprêmes * dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois et qui reste pour moi un des meilleurs livres que j’ai lus.

Je vous mets aussi un tableau ci-dessus que j’avais vu dans un petit restaurant à Amsterdam et qui m’avait beaucoup fait penser au bouquin que je lisait à ce moment-là.

Note : ♥♥♥♥


* Ma grand-mère vous passe le bonjour * de Frederik Backman

Elsa a 7 ans, on dit qu’elle est mature pour son âge. Mamie a 77 ans et on dit que c’est encore une enfant. Une contradiction qui font d’elles les meilleures amies du monde. Mais quand mamie se rend compte qu’elle est sur le point de mourir, elle confie à Elsa une dernière mission : transmettre plusieurs lettres pour demander pardon….

C’est difficile de vous parler de ce livre, parce que je n’ai pas trop envie de vous en dire sur l’intrigue, mais ce dont vous pouvez être sûr, c’est que j’ai beaucoup aimé cette lecture.

J’ai aimé le personnage d’Elsa, c’est une petite fille géniale, un peu geekete, très intelligente et super touchante. J’ai aimé sa relation avec sa grand-mère et le monde imaginaire que cette dernière a créé pour sa petite-fille. J’ai aimé tous les personnages qui gravitent autour d’Elsa. J’ai aimé l’écriture de Frederik Backman, magnifique, pleine de sensibilité et de douceur. En bref, un petit bijou que je vous conseille vivement.

Note : ♥♥♥♥♥


* Orgueil et préjugés * de Jane Austen

Je vous en parlais dans un des mes posts précédents, j’ai découvert cette année (oui, c’est un peu tard) Jane Austen. Comme ma première lecture (Persuasion) m’avait beaucoup plu, j’avais envie d’enchaîner avec d’autres romans de l’auteur et j’ai opté pour * Orgueil et préjugés *. Ce qui tombait bien, puisque le genre du mois de mai était le roman classique !

Même si j’ai encore une fois apprécié l’écriture agréable de Jane Austen et sa pointe cynique, j’ai moins aimé l’histoire cette fois-ci. Sans doute parce que j’en avais déjà tellement entendu parler et que Mr Darcy était un peu (beaucoup) mis sur un piédestal. Attention, je ne dis pas que Mr Darcy n’est pas un gentleman… Seulement, j’aurais aimé voir ce petit monsieur un peu plus présent. Dans la première partie du livre, on ne le voit quasiment jamais. J’ai du coup eu beaucoup de mal à comprendre l’engouement qui existe pour lui.

A côté de ça, j’ai tout de même beaucoup apprécié le livre et je confirme mon amour pour pour cette grande dame qu’était Jane Austen. Affaire à suivre…

Note : ♥♥♥♥

#review Persuasion

J’ai terminé hier la lecture de * Persuasion * de Jane Austen et je ne pouvais pas ne pas vous parler de cette grande dame.

C’est le premier roman que je lis d’elle et si j’avais un peu peur au début de ne pas accrocher, parce que les romans classiques sont assez vieux et ont toujours une écriture spécifique, cette lecture est passée comme une lettre à la poste !

Persuasion, c’est l’histoire d’un amour avorté entre Anne Elliot et Frederick Wentworth. 8 ans plus tôt, elle refuse de l’épouser, persuadée par son amie Lady Russell qu’il ne fera pas un mari idéal pour elle (comprenez par là, qu’il ne sera pas assez riche). Lorsque leurs chemins se croisent à nouveau, leurs sentiments sont ravivés, mais est-ce maintenant le bon moment pour eux ?

Alors, oui, c’est cul cul la praline, mais qu’est ce que ça fait du bien ! C’est plein de beaux sentiments, de belles phrases bien tournées, de belles personnes, et, surtout, comme tous les romans de Jane Austen, ça se finit bien.

J’ai adoré le personnage d’Anne. Je l’ai trouvée pleine de délicatesse, de gentillesse, tout en ayant une force de caractère unique. Dans cette haute société (comprenez par là, la haute société dans laquelle la famille Elliot s’imagine vivre et autour duquel elle crée son petit monde), c’est un personnage très effacé et en retrait en comparaison des autres protagonistes.

J’ai trouvé l’écriture de Jane Austen très agréable et même si, au final, il ne se passe pas grand chose tout au long du roman, je l’ai dévoré en à peine 3 jours. Je suis donc complètement convaincue et j’ai déjà prévu de lire * Orgueil et préjugés * d’ici quelques temps.

Note : ♥♥♥♥♥

Et vous, vous lisez beaucoup d’auteurs classiques ? Quels sont vos préférés ?

#review Les derniers jours de Rabbit Hayes

Il est des livres dont il est difficile de parler parce que rien de ce que je pourrais en dire ne vous préparera à leur lecture et à l’effet qu’ils vous feront. * Les derniers jours de Rabbit Hayes * de Anna McPartlin en fait partie. C’est le genre de lecture qui vous prend aux tripes et dont on ne ressort pas indemne.

Après plusieurs années de combat contre le cancer, Rabbit Hayes n’a plus que 9 jours à vivre. 9 jours durant lesquels ses proches se succéderont à son chevet. Entre rire et larmes, ils se se souviendront de Rabbit, de son incroyable personnalité, de sa force, de sa joie de vivre, mais aussi de Johnny Faye, l’amour de sa vie.

Dire que j’ai adoré ce bouquin serait un euphémisme…. Cela a vraiment été un énorme coup de coeur !

Dès les premières lignes, j’ai su que ce livre était exceptionnel. J’ai aimé l’écriture de Anna McPartlin et la manière dont elle raconte l’histoire de Rabbit.

J’ai aimé chacun des personnages. Rabbit est une femme forte qui sait ce qu’elle veut et qui a toujours tracé son petit bonhomme de chemin sans détour. Sa famille est géniale, tellement compréhensive et tellement drôle, surtout sa mère Molly. Ses amis, qui font aussi partie de la famille finalement, sont adorables. Et Johnny, son amour de toujours, j’ai aimé Johnny ! C’est un personnage complexe, mais si attachant. J’ai vraiment eu un pincement au coeur en tournant la dernière page parce que j’avais l’impression de quitter des amis.

J’ai trouvé cette histoire d’une simplicité tellement magnifique. Je n’ai pas envie de trop vous en dire pour ne pas vous gâcher la découverte, mais ce que je peux encore vous dire, c’est que même si le thème principal est très très dur (la perte d’un être cher), on rit autant qu’on pleure en lisant ce livre. Il est un vrai hommage à l’espoir et à la vie.

Note : ♥♥♥♥♥

#review Le Cirque des rêves

Je viens de terminer * Le Cirque des rêves * de Erin Morgenstern et j’avais très envie de vous en parler. Non pas parce que j’ai trouvé ce livre extraordinaire, mais parce que sa lecture m’a vraiment offert une expérience unique.

Pour vous donner un avant-gout de ce qui vous attend, à la lecture de ce livre, voici ce qu’en dit le quatrième de couverture : Il est arrivé comme par enchantement, dressant sous le ciel étoilé ses chapiteaux noir et blanc : Le Cirque des rêves. Approchez, Mesdames et Messieurs, petits et grands, entrez ! Ici se déroule plus que tours et acrobaties. Sous vos yeux ébahis, la véritable magie est à l’oeuvre : deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent dans un combat magique pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance. Voués à se mesurer dans le plus prodigieux des défis, ils sont adversaires. Mais entre eux, une magie plus grande opère, celle de l’amour. Une passion ensorcelante qui pourrait leur être fatale…

Je vois vous l’avouer, ce livre n’est pas parfait. Parce que même si j’ai beaucoup aimé les deux personnages principaux, j’ai trouvé que leur histoire manquait de profondeur. Si vous cherchez à lire une histoire d’amour épique, passez votre chemin, ce n’est pas ce que vous trouverez ici.

Ce qui rend le livre unique, c’est son ambiance. Je sais que j’en parle souvent dans mes chroniques, mais l’ambiance d’un livre, pour moi, ça fait vraiment tout. C’est l’ambiance qui nous permet de nous sentir ailleurs tout en lisant notre livre, assis confortablement dans notre salon.

L’écriture d’Erin Morgenstern est belle et simple. Les chapitres sont courts et évitent, selon moi, à l’histoire de s’essouffler. On avance dans la lecture, entouré de mystères et encouragé par l’envie d’en savoir plus. Mais l’auteure m’a surtout offert un voyage auquel je ne m’attendais pas.

Je ne suis pas particulièrement fan du cirque en général, mais le Cirque des rêves n’est pas comme les autres. Il arrive sans crier gare. Immense, peuplé de chapiteaux rayés de noir et de blanc, on s’y promène comme dans un rêve éveillé. Des odeurs de pop-corn, de caramel, de chocolat se mêlent à celle du feu de bois. Ouvert uniquement la nuit, on peut passer d’un chapiteau à l’autre, assister à des spectacles plus extraordinaires les uns les autres. On y rencontre des artistes talentueux et des « rêveurs » qui suivent le Cirque partout où il va. C’est une expérience magique que de se promener dans un Cirque où tout semble possible.

Et quand on tourne la dernière page du livre, on ressent cette petite déception qu’ont les visiteurs en devant quitter le cirque à l’aube pour la fermeture, mais tout en ayant la promesse de pouvoir y retourner bientôt.

Note : ♥♥♥♥

En attendant d’y retrouver, je peux poursuivre le rêve grâce à une playlist vraiment sympa, trouvée sur Spotify, qui correspond vraiment à l’ambiance du livre selon moi : vous pouvez l’écouter ici.

#review Dans les forêts de Sibérie

J’ai commencé l’année avec une lecture mitigée. * Dans les forêts de Sibérie * de Sylvain Tesson était apparu très régulièrement sur la page Facebook du Cold Winter Challenge et même s’il n’était pas sur ma liste au départ, j’avais très envie de le lire.

Découvrir le journal d’un homme qui a décidé de s’exiler seul dans une petite cabane perdue en Sibérie pendant 6 mois, c’était pour moi la promesse d’une bonne lecture.

Mais que de déceptions ! Alors, oui, j’ai aimé en apprendre plus sur la Sibérie et comment les Russes vivent là-bas, complètement coupés du monde. Oui, Sylvain Tesson écrit très bien. Oui, j’aimerais moi aussi pouvoir me poster à la fenêtre d’une cabane, au milieu de ce silence glacial et de cette paix magnifique.

Mais j’ai trouvé dommage de ne pas en savoir plus sur les raisons qui ont motivé Sylvain Tesson à faire cette expérience. J’ai trouvé dommage qu’il passe autant de temps à se saouler tout seul dans sa cabane. J’ai trouvé dommage de ne pas accroché avec la personnalité de l’auteur. J’ai trouvé dommage de me perdre dans ses monologues.

J’aurais aussi aimé en savoir plus sur son retour à la « vie normale ». Comment vit-on un retour au bruit, aux autres quand on a vécu 6 mois tout seul, perdu au milieu de nulle part ?

C’était une lecture intéressante, mais je n’ai pas été conquise, comme beaucoup d’autres par ce livre. J’aime pourtant beaucoup lire des livres qui sont tirés d’histories et d’expériences réels, mais ce coup-ci, je n’ai pas du tout accroché.

Note : ♥♥♥♥♥

#review Avant de t’oublier

* Avant de t’oublier * de Rowan Coleman, c’est également un de mes gros coups de coeur de cette année. Et c’était aussi une bonne grosse claque. Le genre de livre qui vous prend aux tripes et qui ne vous lâchent plus.

Le livre raconte le parcours de Claire, une jeune femme menant une vie heureuse aux côtés de son mari et de ses deux filles, qui découvre qu’elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Petit à petit, elle oublie ses souvenirs, ses proches deviennent des étrangers et sa vie lui parait inconnue…

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le livre ne parle pas que de la maladie, mais surtout d’amour. D’un amour inconditionnel entre une mère et sa fille, entre une femme et son mari. On oscille entre tristesse et espoir, entre rire et larmes, c’est magnifique.

Généralement, quand on a beaucoup aimé un roman, on pourrait en parler pendant des heures, mais j’ai juste envie de vous dire : foncez, c’est le genre de roman dont on ne sort pas indemne !

Note : ♥♥♥♥

#review L’ombre du vent

J’ai terminé cette semaine * L’ombre du vent * de Carlos Ruiz Zafón et je ne résiste pas à l’envie de vous en parler un peu cet après-midi.

On y suit la vie de Daniel Sempere. Peu après la guerre, son père l’emmène dans le Cimetière des livres oubliés, une bibliothèque secrète dans laquelle il doit choisir et adopter un livre. Il y choisit « L’ombre du vent », d’un certain Juliàn Carax, un livre qui changera sa vie à jamais….

C’est seulement le deuxième livre que je lis de Carlos Ruiz Zafón et même si j’avais aimé ma première lecture, ce n’est rien en comparaison de celle-ci.

C’était une lecture tellement agréable : je l’ai lu lentement parce que je tenais à en profiter au maximum. Même si l’histoire est pleine de mystères, je n’avais pas envie de me dépêcher et de finir le livre trop vite.

J’ai beaucoup apprécié l’ambiance du livre. L’histoire se passe à Barcelone et tourne autour des livres (le père de Daniel est librairie). Tout ce qu’il faut pour me plaire !

J’ai aimé les personnages. Mes préférés étaient Daniel qui est une personne gentille, réelle et pleine de tendresse et son ami Fermín, un sans abri au passé douteux qui ne se sépare jamais de son optimisme.

Je ne lis pas beaucoup de littérature étrangère et c’est vrai que j’ai trouvé certaines construction de phrases compliquées (je ne sais pas si c’est dû à l’écriture ou à la traduction), mais cela n’a pas pour autant gâché ma lecture.

Le livre est le premier d’une série de 3 tomes, je suis bien curieuse de savoir ce que réserve la suite… 🙂

Note : ♥♥♥♥